Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Le ministre des Pêches du Gabon se joint aux patrouilles du Bob Barker

Vendredi 18 octobre 2019

Le ministre des Pêches du Gabon, Biendi Maganga Moussavou, a rejoint l'équipage du Bob Barker lors de la dernière patrouille de la saison dans le cadre de l'Opération Albacore IV. Sea Shepherd et le gouvernement gabonais ont lancé cette campagne pour lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) en Afrique du Centre-Ouest.

Le ministre Maganga Moussavou et le Bob Barker en arrière-plan Photos de Tara Lambourne/Sea ShepherdLe ministre Maganga Moussavou avec le capitaine Julian McGale Photos de Tara Lambourne/Sea ShepherdLe ministre Maganga Moussavou dans la cale à poisson d'un senneur Photos de Tara Lambourne/Sea ShepherdLe ministre Maganga Moussavou aux côtés d'un inspecteur des pêches sur le pont d'un senneur Photos de Tara Lambourne/Sea ShepherdLa marine gabonaise accueille monsieur le ministre à bord du Bob Barker Photos de Tara Lambourne/Sea ShepherdLa marine gabonaise accueille monsieur le ministre à bord du Bob Barker Photos de Tara Lambourne/Sea ShepherdLe ministre Maganga Moussavou aux côtés de Mike Fay sur le pont du Bob Barker Photos de Tara Lambourne/Sea ShepherdLe ministre Maganga Moussavou et le Bob Barker en arrière-plan Photos de Tara Lambourne/Sea Shepherd

Le ministre Maganga Moussavou a accompagné les inspecteurs des pêches, les éco-gardes du parc national et la marine gabonaise, lors d'arraisonnements et d'inspections en mer aux côtés de l’équipage de Sea Shepherd pour patrouiller dans les eaux territoriales du Gabon, incluant le plus grand réseau d'aires marines protégées d'Afrique.

C'est à bord d'un senneur industriel que le ministre Maganga Moussavou s'est rendu compte des effets de la pêche au thon sur les populations locales de requins. Alors que la cible principale des senneurs industriels opérant dans les eaux du Gabon est le thon, des chercheurs ont démontré que l'utilisation des dispositifs de concentration de poissons (DCP) avait pour conséquence la mort d'un grand nombre de requins et de poissons juvéniles. Les DCP consistent en des sortes de flotteurs en plastique munis de sonars high-tech et de dispositifs de communication satellite qui appâtent les poissons.

Une étude menée par le programme d'observation des pêches gabonaises a identifié que 83,5 % des albacores pêchés à l'aide de DCP étaient juvéniles (n'ayant pas encore atteint leur maturité sexuelle), contre 10,5 % lorsque ce type de dispositifs n'est pas utilisé. En d'autres termes, les senneurs qui pêchent à l'aide de DCP capturent huit fois plus de poissons n'ayant pas atteint leur maturité sexuelle. De plus, le nombre de prises accessoires de requins augmente. En effet, des espèces de requins vulnérables sont attirées par les poissons juvéniles et s'en nourrissent.

Le Gabon pense actuellement à supprimer progressivement la pêche à l'aide de DCP, devenant ainsi le premier pays au monde à abolir cette pratique.

Le docteur Mike Fay, explorateur-résident à la National Geographic, membre de la Wildlife Conservation Society et conseiller du président gabonais Ali Bongo Ondimba, est aussi monté à bord du Bob Barker.

Il y a maintenant deux ans, le président gabonais constituait le plus grand réseau d'aires marines protégées en Afrique en déclarant la création de neuf nouveaux parcs marins nationaux et de onze nouvelles réserves aquatiques lors de la Conférence des Nations Unies sur l'océan à New York.

"La présence d'un ministre gabonais à bord d'un navire de Sea Shepherd en patrouille montre que le Gabon ne se repose pas sur ses acquis, mais qu'il continue d'écrire l'histoire de la conservation. Sea Shepherd félicite le ministre Maganga Moussavou d'avoir montré l'exemple en se joignant aux inspecteurs des pêches sur le terrain. Le Gabon s'illustre autant au niveau régional que mondial en matière de gestion des pêches."

Peter Hammarstedt, directeur de campagnes pour Sea Shepherd Global.

En septembre, au cours d'un raid nocturne, des agents des forces de l'ordre gabonais armés travaillant à bord du Bob Barker, ont pris d'assaut le Tchilassi. Ce vaisseau, battant pavillon congolais, mouillait alors illégalement une senne coulissante dans les eaux protégées du parc national de Mayumba à la frontière du Gabon et du Congo-Brazzaville. En juillet, c'est le Haixin 27, un chalutier battant pavillon chinois, qui a été arraisonné dans la réserve aquatique du Grand Sud du Gabon.

Le départ du Bob Barker des eaux gabonaises a marqué la fin de l'Opération Albacore IV, mais Sea Shepherd s'engage à continuer d'aider le Gabon et d'autres partenaires régionaux à défendre, conserver et protéger le golfe de Guinée des pêches illégales et destructrices. À la suite de l'Opération Albacore IV, plusieurs chalutiers ont été arrêtés et traduits en justice, des cadres légaux pour protéger l'océan ont été renforcés, d'innombrables créatures marines ont été sauvées et le plus grand réseau d'aires marines protégées d'Afrique continue d'être protégé.