Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Activation

Vendredi, 20 mars 2020

Les Comités Des Pêches, principaux responsables de la destruction de l'océan, en appellent à la "solidarité des français"

Photo : Sea Shepherd

Olivier le Nézet, président du Comité régional des pêches de Bretagne, le même qui s'obstine jusqu'à l'indécence à nier la responsabilité des pêcheurs français dans le carnage de dauphins sur la façade atlantique française lance dans les médias un "cri d'alarme" face à la baisse de la consommation de poisson frais. "Nous, notre travail, c’est comme les agriculteurs, c’est de nourrir les gens (…) C’est l’occasion de rappeler aux gens qu’il y a des pêcheurs et qu’il faut manger du poisson !" déclare t-il dans Sud Ouest.

Si les ventes de poissons s’effondrent c’est parce que les restaurants ferment mais aussi parce que de nombreux français jugent qu’il ne s’agit pas d’un besoin vital de première nécessité. Une réalité qui fait mal et qui pousse les comités à faire pression sur l’Etat.

La réalité, c'est que c'est le contribuable qui nourrit les pêcheurs défendus par les Comités des Pêches et pas l'inverse. Comités des Pêches qui au passage, ne servent que les intérêts des plus grosses flottilles et armements et se fichent pas mal des petits pêcheurs aux méthodes plus sélectives.

Le Nézet en appelle à la responsabilité de l'Etat pour maintenir à flots une industrie qui est déjà sous perfusion de fonds publics, payée par le contribuable à saboter nos chances de survie sur cette planète. Nous en appelons pour notre part à la responsabilité de l'Etat de ne pas céder une énième fois, face au tout puissant lobby de la pêche qui a de tous temps fait la pluie et le beau temps au sein des divers Ministères.

D'ici 2048 les Nations Unies prédisent un effondrement du Vivant dans l'océan, à cause de la pêche. Pas du réchauffement climatique, pas de la pollution plastique ou chimique, non de la pêche !!! En matière de responsabilité, on ne peut certainement rien attendre de Le Nézet. Celui-ci est dans un tel déni qu'il est allé jusqu'à accuser publiquement Sea Shepherd d'avoir trafiqué la vidéo de marins français en train de dépecer un dauphin à bord en vue de le consommer. Ce genre d'attitude n'est plus acceptable et nous déposons plainte en diffamation pour ces propos visant à discréditer nos propos et semer un doute intenable aujourd'hui. Si pendant de nombreuses années les pêcheurs ont nié leur responsabilité en évoquant les tempêtes ou les maladies comme causes de la mort des dauphins, les résultats des autopsies et les nombreuses publications scientifiques sont sans appel. La pêche est la première menace qui pèse sur la vie marine et sur les mammifères marins, dans le monde et en France particulièrement.

Contrairement à ce que prétend Le Nézet, les pêcheurs ne sont pas des agriculteurs, ce sont des chasseurs à grande échelle. Ils ne font rien pousser, c'est la mer qui enfante. Les pêcheurs ne font que prendre. Il semble important de rappeler cette réalité à certains acteurs prépondérants de la filière pêche.

Covid-19 donne à l'océan l'occasion de souffler. Plutôt qu'une solidarité avec une filière destructrice du Vivant, on demande plutôt aux consommateurs habituels de poissons de saisir cette opportunité pour apprendre à se passer du superflu, un superflu qui est en train de nous coûter l'essentiel.

Enfin, nous appelons les Comités des Pêches à cesser ses chantages absolument déplacés en pareille période et à rester confinés, eux et leurs navires, pour le bien de tous, à commencer celui de l'océan.

Articles cités en référence :
https://www.sudouest.fr/2020/03/18/cri-d-alarme-des-pecheurs-il-faut-manger-du-poisson-frais
https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-l-actu/breizh-izel/olivier-le-nezet